Les 13h11 du Mans roller

2017 : duo d’enfer, 2018 : l’enfer du duo

L’an dernier, je quittais le Mans sur un petit nuage, pas peu fier d’avoir contribué à approcher notre duo du podium. J’aurais dû en rester là. Mes chances de faire mieux étaient nulles ou presque. À moins bien sûr de m’entraîner dur, ce que tout le monde y compris moi savait parfaitement que je ne ferai pas.

Mais comme chaque année, j’ai re signé. Et comme les étoiles ne peuvent pas toujours être parfaitement alignées, cette 10e participation aux 24 heures du Mans roller a tourné en eau de boudin.

Y aller, pas y aller…

Début juin. Alors que je regarde le soleil se coucher sur les calanques, perclus de douleurs lombaires, j’apprends qu’une des patineuses de l’autre équipe Roolilalet’s, blessée, renonce à participer. Vu le temps que je viens de passer à lui trouver des coéquipiers, j’ai la certitude que je ne pourrai pas la remplacer. Je me retrouve donc avec, d’un côté, une équipe maudite définitivement impossible à boucler et de l’autre un Vincent que je ne veux pas abandonner malgré une furieuse envie de tout envoyer balader. Une idée géniale me vint alors, caser Vincent dans l’équipe de 6 et déclarer forfait.

(suite…)

Duo d’enfer et médaille en chocolat

24 heures du Mans roller 2017 en duo

La bi-densité, vous connaissez ? Non ? Eh bien vous ne savez pas ce que vous perdez !

Mais nous y reviendrons car je souhaitais, en préambule, souligner que je n’écris pas souvent sur les 24 heures du Mans, bien que j’y participe chaque année depuis plus d’une décennie. Lorsque j’en reviens, je suis souvent pris d’une grande paresse au moment d’en faire le récit. Il se passe trop de choses avant , pendant et après ces 24 heures. Trop à dire, trop à raconter. Je n’ai fait qu’un seul récit de cette course hors-norme, celui de 2008 qui avait été publié sur le site REL. Ce fut un honneur soit dit en passant. C’était la première édition de la formule duo. Depuis, j’ai re participé 6 fois aux 24 heures du Mans roller, en duo, en équipe restreinte, en équipe de 10. Faire un duo aujourd’hui n’est plus une aventure hors-norme. Pas encore une routine, mais clairement pas l’aventure d’une vie. Pourtant, celle-là, j’ai quand même eu envie de vous la raconter.

Mika, parle nous de la bi-densité !

La bi-densité, disais-je, c’est un concept de gomme pour les roues de rollers qui fait que, ta roue, elle est dure dehors et molle dedans. Ouais ! Et donc elle roule vite quand t’es tout droit et elle accroche quand tu tournes. Cette roue, que pour t’en payer 8 faut vendre un de tes reins sur leboncoin, elle te transforme une brouette en Porsche Cayenne !

(suite…)

Bilan 2009

Il court, il court, le furet…

Ce blog, qui était au départ censé être un blog banal pour parler de tout et de rien, étant devenu inexorablement au fil du temps un blog sportif dans lequel je n’ai parlé que de ça tout au long de cette année 2009, il me semblait normal de la conclure en publiant un petit bilan de cette année sportive. Et au moins pendant ce temps là on ne cause pas de politique.

L’heure est donc au bilan et il existe des logiciels épatants pour les maniaques compulsifs dans mon genre, qui permettent de noter, classer, comptabiliser et compiler un nombre impressionnant de données qui rendent les bilans de fin d’année extrêmement complets. Et chiffrés. (suite…)

Rando roller le 14 juin aux Lilas

3e édition de la Balad’O’Lilas

Affiche de la ballade version 2009Le 14 juin, nous organisons une randonnée balade aux Lilas dans une ambiance détendue et familiale.

Le rythme sera tranquille. Cette rando, accessible aux patineurs de tous âges et de tous nivaux est ouverte à tous les modes de transports doux, ce qui inclut les échassiers (bien que curieusement nous n’en ayons jamais eu) aux monocycles, aux trottinettes, aux rollers-poussettes et bien entendu aux cyclistes patients (qui seront cantonnés en queue de cortège). Cette liste n’est pas exhaustive, seuls les moteurs sont proscrits.

Ce rendez-vous est idéal pour une première expérience de rando collective ou pour faire découvrir à ses enfants ou ses amis les joies de la balade en pleine rue. Le tracé est plat, sans aucune difficulté technique et la circulation est neutralisée par les staffeurs et par les employés municipaux qui coupent les routes avec des barrières à l’approche du cortège. Les Lilas étant une ville charmante mais petite, nous faisons des boucles en augmentant l’allure au fur et à mesure des tours, ainsi les plus jeunes et les débutant peuvent profiter de la ballade à rythme très tranquille au départ pour prendre confiance et les plus aguerris pourront faire un dernier tour à allure assez soutenu en toute sécurité vers la fin.

Pas d’heure de fin prévue, nous tournons jusqu’à épuisement des derniers.

Rendez-vous à 15h00 sur le parvis de l’école Romain Rolland devant le parc Lucie Aubrac à 150 m du métro « Mairie des Lilas ».

En duo aux 24 heures du Mans

Le Mans 2008 : y aller ou pas ?C'est parti pour 24 heures de folie

À l’issue de l’édition 2007, je pensais sérieusement ne pas revenir en 2008. La préparation de cet événement m’avait pompé beaucoup d’énergie et certains de mes coéquipiers avaient eu un peu tendance à confondre « capitaine » et « agent de voyage ».
Sur place, j’étais arrivé fatigué, en surpoids important et avec du matériel pourri. J’avais fait des temps médiocres arrivant péniblement et rarement à descendre en dessous des 11 minutes.
Au final, mes seules satisfactions avaient été que mes coéquipiers passent un week-end « super bien organisé ». L’abnégation de nos staffeuses qui s’étaient occupées de nous comme même des mamans n’auraient pu le faire et le plaisir d’avoir réussi à débaucher Pierre (8WD) et de l’avoir rencontré à cette occasion. (suite…)