Paris-Versailles 2016

Paris-Versailles 2016

Jamais content

Bon allez, disons-le, je suis déçu. Limite contrarié. Non j’exagère. Juste  déçu. Un peu. Ce n’est pas la première fois que je signe une contre-performance, loin de là. Il m’est arrivé souvent de rater à quelques minutes voire quelques secondes, un objectif que je m’étais fixé et pour lequel je m’étais entraîné sérieusement. Il m’est arrivé souvent de finir dans un tel état de délabrement que réussir ou pas à atteindre mon objectif n’avait plus la moindre importance. Avec l’expérience, j’ai appris à estimer assez précisément ce dont j’étais capable à un instant T et à me fixer des objectifs réalistes. J’avais annoncé à plusieurs reprises que j’allais tenter de faire moins d’une heure trente et me suis entraîné dans cette perspective.  In fine, j’ai, au prix de souffrances exagérées, passé la ligne d’arrivée de mon 5e Paris-Versailles en 1h29 et 30 secondes. Je devrais donc être, si ce n’est content, au moins satisfait d’avoir fait ce temps réaliste mais voilà, ce n’est pas le cas.

J’espérais, secrètement, qu’en état de grâce, mu par une force de caractère en acier trempé et d’un moral à toute épreuve, j’allais, faire la course de ma vie et enterrer mon record de 2011, même si je le devinais hors de portée. Fantasme. D’autant qu’en course à pied, je reviens de loin.

(suite…)