EDF challenge Paris – 2,5 km Open

Deux très longs kilomètres et demi

Affiche EDF ChallengeIl y a un an tout juste, j’ai décidé de me mettre sérieusement à la natation avec l’idée de participer à mes premiers triathlons. Partant de très loin, j’ai assez vite progressé et presque aussi vite stagné car la natation est un sport où la technique a une grande importance. Et je n’ai jamais été un grand technicien. Cependant, j’ai assez rapidement atteint le niveau que je m’étais fixé, à savoir être capable de nager les distances des triathlon S et M : 750 et 1500 mètres.

Les résultats ont suivi, plus qu’encourageants, entrainant une certaine euphorie. Après avoir fini dans la première moitié du classement de ma première course de nage en eau libre, je m’étais scotché moi même en faisant un classement tout à fait sidérant au triathlon de Paris. Grisant. Se retrouver, deux fois de suite, dans le haut, voire le très haut du classement avait quelque chose de magique. Et comme c’était trop beau pour être vrai, ça n’a évidement pas duré 🙂 .

Après une contre performance sans appel sur mon second triathlon, il y ‘avait de bonnes chances que ça soit encore pire sur la compétition du jour, un 2500 mètres en eau libre dans le bassin de la Villette. Cette distance, je ne l’ai jamais nagée. En piscine, mes plus grosses séances font 2000 mètres, avec des pauses entre les séries. En mer j’ai nagé une fois 2100 mètres mais le sel offre une très bonne portance et là, on sera en eau douce. Crade, mais douce. (suite…)

Triathlon S d’Attichy

Affiche triathlon d'AttichyAprès mes deux premiers triathlons, j’avais un peu fanfaronné, c’est vrai. Mais il faut dire que j’étais drôlement content. J’avais bien nagé, roulé à bloc et limité la casse en course à pied. À Paris, mon très bon chrono en vélo m’avait permis de me classer plus haut dans la liste des finishers que sur aucune course, toutes catégories confondues. Mais bon, c’est Paris, un triathlon populaire avec beaucoup de néophytes qui, comme moi, profitent de l’occasion pour se tester sur ce sport sympathique.

Ça m’avait drôlement boosté pour passer sur la distance supérieure, la distance M, qui reste mon défi principal. Dans ma to do list, il y a « boucler un triathlon M » alors depuis un an, j’ y travaille. J’avais en ligne de mire celui de Cherbourg. Il n’est pas très cher, il est quasi à la maison mais voila, la partie natation se fait en mer.

Tout le monde me dit que c’est plus facile car avec le sel, on est mieux porté, mais ça me contrarie. Je n’ai jamais nagé en mer et ces 1500 mètres m’inquiètent. Je traine, attends d’avoir pu me tester et lorsque vers fin août je rentre rassuré d’une balade en mer de 2100 mètres qui est passée toute seule, je décide de m’inscrire mais découvre avec beaucoup d’amertume que c’est trop tard. Les inscriptions sont closes, c’est complet. (suite…)